CONSERVATOIRE

à rayonnement intercommunal

MUSIQUE & DANSE

VAL-DE-REUIL - LERY - POSES

Horaires d'ouverture secrétariat

Lundi, mardi, jeudi, vendredi de 13h30 à 18h

Mercredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h

Samedi de 9h à 12h

ADRESSE

5 voie de la Palestre

27100 Val-de-Reuil

conservatoire27@yahoo.com

Tel : 02 32 59 45 93
 

 

© 2017 par conservatoire Val-de-Reuil. Créé avec Wix.com

PRESENTATION

L’école de musique et de danse de Val de Reuil – Léry – Poses a été créée en 1989 grâce à la volonté de la commune de Val de Reuil, ville nouvelle de l’Eure, associée au village de Poses.

Un Syndicat Intercommunal est alors créé regroupant les deux communes fondatrices de l’école. En 2001, la commune de Léry, rejoint ses voisines par convention permettant ainsi à sa population de bénéficier à son tour des activités d’un établissement d’enseignement artistique.

En 2015, l'école est reconnue "conservatoire" par le ministère de la culture.

Aujourd’hui les activités de l’école regroupent plus de 650 participants, enfants jeunes ou adultes. Une quinzaine de disciplines instrumentales et trois disciplines chorégraphiques y sont enseignées. Un projet d’établissement a été bâti autour d’orientations larges et dynamiques : *Les missions d’enseignement (sensibilisation, formation musicale et chorégraphique) *Le projet musique et danse à l'école *La diffusion artistique *La pratique amateur *Les partenariats

« Ce projet d’établissement, basé sur la démocratisation de l’accès à la musique et à la danse, prend le parti de son intégration au dispositif d’éducation des enfants.

Il insiste également sur le soutien et le développement des pratiques artistiques amateur » (extrait)

Le conservatoire de musique et de danse, c’est à l’origine et dès 1979, une association : «  la maison de la musique Nelly Marcon », véritable structure accompagnant l’école dans toutes ses actions.

L'indispensable conservatoire.
Val-de-Reuil ne peut que ressentir fierté, plaisir, raison d'héberger et de soutenir un Conservatoire de musique et de danse sur son territoire. D'abord parce que c'est un établissement d'excellence, ensuite parce que c'est un établissement de culture, enfin parce que c'est un établissement public. Qui ne se satisferait de savoir qu'un petit millier de filles et de garçons, d'hommes et de femmes viennent là, chaque année, pour, entre portées et planchers, découvrir clés et gammes, s'exercer aux arabesques et aux entrechats ! Pied flex, oreille attentive, bras souple, voix mélodieuse. Mais un conservatoire dans une Ville Nouvelle est plus et davantage. C'est un repère. C'est un phare. C'est un symbole. Dans une commune qui n'est pas difficile, mais compliquée, dans un de ces grands quartiers populaires que notre pays ne doit pas ignorer, il diffuse art et harmonie. Il attire. Il séduit. Il est attraction et, aussi, attractivité. Il représente notre cité dans ce qu'elle a de plus achevée, dans ce qu'elle a de mieux, de plus harmonieux, et, avec délicatesse, avec douceur, attire vers elle, comme un aimant, de nouveaux habitants. C'est en ce sens que, comme notre théâtre ou nos cinémas, il nous est nécessaire. Indispensable même.
Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil
A Léry, comme dans les communes aux alentours, nous nous sommes engagés, sans l’ombre hésitation, dans la voie de l’incitation, de l’accompagnement et du suivi dans la conquête de la musique et de la danse pour tout un chacun, s’il le désire, s’il en a la passion.
Aujourd’hui, notre adhésion au syndicat intercommunal de musique et de danse, permet à 80 Lérysiens de pratiquer leur passion et de mutualiser les efforts financiers en ce domaine. Elle nous permet également de bénéficier d’interventions dans les classes de nos écoles maternelle et primaire et de nombreuses manifestations dans les différentes structures de notre commune.
Qu’on nous permette un petit retour en arrière. Dans notre modeste galaxie intercommunale, une étoile a rayonné de façon intense et particulière : celle de madame Nelly Marcon, qui fut à l’origine, en 1978, de la Maison de la musique : ce fut notre Big Bang. Il va sans dire que son étoile rayonne toujours à travers l’expansion de notre monde actuel de la danse et de la musique.
Le bilan ?
De ce côté, soyez rassurés de la vitalité de l’entreprise – nous avons vérifié - : Jules apprend toujours son violon en s’essayant aux caprices de Nicolo Paganini ; Léon astique consciencieusement sa batterie pour sa future prestation au bal musette sur les bords de l’Eure et de la Seine ; Nadia fait ses arpèges à la guitare ; Marguerite travaille le fameux air de Faust de Gounod « Ah ! Je ris de me voir si belle en ce miroir ! » ; quant à Zoé, elle a mis ses ballerines pour pratiquer ses pointes…
Pour terminer, faisons nôtre les mots d’un philosophe : « La vie sans musique et sans danse est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil. »
                                                                                                                                                                  Marc Dumontier, Premier adjoint de la commune de Léry.